Promotion

Top 5 stratégies d’artiste inspirantes en 2021

Quand il est temps de dévoiler son projet artistique au public, il est aussi temps de mettre en place un plan d’envergure pour qu’il soit entendu par le plus grand nombre. Ce plan – la stratégie de sortie – n’est jamais laissé au hasard. D’ailleurs les artistes mainstream ne laissent jamais la sortie d’un projet se passer de manière aléatoire. On est plutôt sur un plan ficelée de A à Z, destiné à toucher le plus grand nombre.

Digital, physique, ou les deux, tout levier est bon à activer pour que la sortie se passe le mieux possible. Nous avons regardé 5 stratégies intéressantes : Orelsan, Drake, Lil Nas X, Mc Solaar et Joy Crookes. Si ces artistes ont des moyens démesurés comparés aux vôtres, ces actions peuvent donner des idées, inspirer vos propres stratégies de sortie

1. La stratégie d’Orelsan

Le rappeur originaire de Caen vient de battre PNL en termes de record de vente en première semaine avec son album Civilisation. 138 929 ventes contre 113 214 exemplaires par les deux frères. Comment le rappeur a réalisé un tel exploit ? Seule sa notoriété ne suffit pas, un plan bien huilé a été mis en place. On est en juin 2021. Ça fait une éternité qu’on n’a pas eu de nouvelles de l’artiste. Il revient avec un nouveau titre “Millions” en feat avec Ninho, le faiseur de hit.

Par la même occasion, l’artiste annonce des dates de concert pour mars 2022, de manière furtive dans le clip. Aucun album n’est annoncé, mais on peut penser qu’on en aura un d’ici là. L’étape suivante se passe en octobre 2021, avec la sortie du documentaire “Montre Jamais ça à personne” diffusé en exclusivité sur Amazon Prime. Le docu, intimiste et touchant, buzz. C’est un exemple parfait de brand content (contenu de marque), qui vient renforcer l’affect autour du personnage d’Orelsan et créer l’attente. Peu de temps après ce succès, l’album est annoncé.

Pour achever de faire grimper la hype autour du projet, l’artiste met en place une stratégie DTC (Direct To Consumer) pour vendre du CD physique. D’abord, des éditions limitées, dispo en précommande, puis un système de ticket d’or, à la Charlie et la Chocolaterie. En plus de faire parler, l’opération aura le mérite de susciter l’envie. Les résultats s’en ressentiront rapidement : il est disque d’or rien qu’en précommande. La suite vous la connaissez, c’est un succès retentissant. 

 

2. La stratégie de Drake

Quand Drake annonce qu’il va sortir un album, personne ne doute du succès de ce dernier. C’est un mastodonte de l’industrie, il est adulé depuis près d’une décennie par une grande partie du public. Mais Kanye West rentre en clash avec le rappeur de Toronto, l’invitant par la force des choses à une bataille de chiffres. 

Ce n’était donc pas sans effort que Drake allait sortir son projet, Certified Lover Boy. Parmi les nombreuses opérations marketing, l’une d’entre elle a retenu notre attention : une campagne d’affichage locale. L’idée est assez surprenante pour un artiste qui cherche à avoir un impact mondial, mais la résonance a été telle qu’on l’a tous vu passer.  

L’album de Drake est truffé de featuring. Le concept derrière la campagne d’affichage a été d’annoncer ces feats dans les villes natales des rappeurs concernés. Par exemple à Houston, la phrase suivante : “Hey Houston, the hometown hero is on CLB” comprenez : Hey Houston, le héros local est sur CLB. Le héros local étant Travis Scott. 

On peut imaginer 2 objectifs autour de cette stratégie : rattacher un projet d’envergure mondial à un aspect plus local, plus proche des gens, et donc plus authentique. Le second étant la diffusion organique de l’information à travers le monde. Pas besoin de faire de promotion payante, les panneaux sont pris en photos et diffusés partout sur les réseaux. L’info était exclusive à la base, et a dépassé son cadre purement local. Du physique au digital, il n’y a qu’un pas, preuve en est. 

Drake strategie

3. La stratégie de Lil Nas X 

Le rappeur s’est fait connaître en 2019 avec son titre “Old Town Road”. Une ballade mi-rap mi-country qu’on a tous écoutée au moins une fois. Ceux qui pensaient qu’il ne serait qu’un one hit wonder, et que le soufflé retomberait dès le titre ne trusterait plus les charts, se sont lourdement trompés. C’était sans compter sur l’affection de l’artiste pour la grandiloquence, le spectacle. 

Lil Nas X aime déranger. Déranger l’Amérique puritaine ? Un jeu d’enfant. C’est ce qu’a fait le rappeur en s’appropriant les codes de la religion catholique, les parodiant, les sexualisant. Une opération en particulier a très largement fait parler de ce positionnement : la création d’une paire de baskets aux allures satanistes.

C’est le collectif d’artistes MSCHF qui s’en occupe. La paire est noire, agrémentée de détails rouges. Sur les lacets, un pentagramme, symbole satanique. Et puis surtout, dans la semelle habituellement remplis d’air, on trouve de l’encre rouge, ainsi qu’une goutte de sang humain. Une opération subversive dont les retombées sont difficilement mesurables tant les médias du monde entier ont relayé l’info.

Satan shoes Lil Nas X

4. La stratégie d’MC Solaar

Le rappeur iconique de paysage français ne faisait plus parler de lui depuis bien longtemps. Chez nous, il fait partie de la première génération de rappeurs à toucher le milieu mainstream. On est en 1990. On danse sur “Une femme avec une femme” de Mecano, “Le Jerk” de Thierry Hazard ou “Vogue” de Madonna. Mc Solaar déboule avec sa plume acérée sur le titre “Bouge de là”. C’est le début d’une carrière impressionnante. 

Puis le temps passe, Claude fait moins de musique. Le CD décline, le streaming émerge. Mais les premiers albums du MC ne paraissent pas sur les plateformes. Les années laissent place à une génération d’auditeurs qui ne connaît pas ses albums. 

Après une longue bataille judiciaire, MC Solaar revient avec les droits des albums, et décide de les distribuer. Ceux qui le connaissent iront écouter, mais comment toucher une nouvelle cible ? C’est sur TikTok que ça va se passer. Le rappeur se crée un compte en juillet dernier, quelques jours après la mise en ligne de son premier album  “​​Qui sème le vent récolte le tempo” (1991).

@mcsolaaroffBienvenue sur mon compte officiel. Restez connectés, des choses arrivent bientôt sur Tiktok. ##mcsolaar ##bougedela ##bougedelà2021 ##tiktokmusique♬ son original – mcsolaaroff

Il met aussi en place une opération comme on peut en voir beaucoup sur le réseau : le #BougeDeLa challenge. Bref, c’est la cinquantaine passée que le rappeur prend possession d’un réseau réputé jeune. Une prise de risque qui semble s’avérer payante puisque le hashtag affiche plus de 50 millions de vues. Alors, TikTok n’est pas à la portée de tous ?

 

5. La stratégie de Joy Crookes

Avec Joy Crookes, on est sur une stratégie plus ramassée. L’objectif ? Occuper le terrain. Et capitaliser sur un coup de projecteur probablement pas voulu. Explication. On est en septembre 2020, une publicité pour l’opérateur téléphonique O2 s’invite sur tous les écrans de télévisions britanniques. La musique ? Une reprise du titre You & Me Song du groupe The Wannadies, par Joy Crookes. 

La publicité restera plusieurs mois à l’antenne, laissant le temps à la jeune chanteuse de préparer un plan d’attaque en béton pour son album “Skin“.

  • Juin 2021, elle sort un premier single : “Feet Don’t Fail Me Now”
  • Août 2021, c’est carrément deux single : “Skin” et “When You Were Mine”.
  • Et le 12 Octobre, 3 jours avant la sortie de l’album, le titre “Trouble”. 

En parallèle, de nombreuses actions coup de poing sont venus soutenir cette stratégie de sortie : Annonce au megaphone de la sortie de ses nouveaux titres dans les rues de Londres, série de show sauvages organisés dans toute l’Angleterre avec une communication 24h avant chaque évènement.

Si l’expression “battre le fer tant qu’il est encore chaud” a une équivalence en anglais, la chanteuse doit la connaître. Avec une telle présence, c’est l’assurance d’avoir de la matière en permanence pour prendre la parole, que ça soit dans les médias ou sur les réseaux.