Industrie musicale

Le pop punk est-il de retour ?

19 Janvier 2021. On rentre à peine dans cette nouvelle année sous des auspices plutôt négatifs. Du moins, c’était sans compter sur l’apparition d’un clip d’une heure de Machine Gun Kelly. Surprise pour ceux qui n’avait pas suivi l’actualité du rappeur depuis ses clashs répétés avec Eminem : ce n’est pas du rap mais bien du pop punk. Qu’on soit touché par ce style de musique ou non, une question subsiste : comment un genre apparu dans les années 90 peut-il faire aujourd’hui son grand retour sur la scène mainstream ? 

 

Mais en fait c’est quoi le pop punk ?

Dans le rock comme dans tout autre style de musique, les appellations sont nombreuses, très nombreuses, au moins tout autant qu’il existe de sortes de fromages en France. Alors qu’est-ce que le Pop Punk ? Et bien déjà on lui attribue plusieurs noms différents : mainstream punk, skater punk, punk californien… et le non-moins connu punk à roulette. Vous avez capté l’idée : c’est une version édulcorée, ensoleillée, du punk anglais revendicateur et engagé. Les artistes pop punk ont plutôt tendance à parler de leur problème de cœur au lycée que d’essayer de renverser le pouvoir en place. D’ailleurs ça se ressent dans la musique en elle-même, on voit petit à petit les cris rageurs disparaître pour des mélodies plus pop.

 

On commence à en parler à partir du début des années 90 avec les premiers albums de Green Day ou The Offspring. Le genre va ensuite connaître son heure de gloire fin 90, début 2000 avec des groupes comme Sum 41, Blink 182 et Good Charlotte, avant de connaître des mutations et de se diluer dans tout un tas de styles de rock et de musique pour rejoindre l’underground une seconde fois.

 

La scène mainstream vient dissiper la négativité ambiante pour la remplacer par la légèreté et la naïveté qu’il invoque. Mais alors comment le style pop punk a-t-il bien pu faire son chemin jusqu’aux charts mainstream, alors qu’on le croyait éteint depuis le milieu des années 2000 ?

 

 

La réponse se trouve dans son ADN. Les thèmes, tournés vers l’insouciance, le refus de grandir, le refus de l’autorité, et aussi le fait de passer du bon temps comme priorité. On a la bande son idéale pour combattre la morosité ambiante, l’isolement auquel une grande partie du monde fait face notamment à cause du Covid. La légèreté du pop punk, et l’imagerie estival et insouciante qui en découle colle parfaitement à nos besoins.

Pop punk : les prémices d’un retour

 

Le rap comme vecteur d’un potentiel retour du pop punk, une idée farfelue ? En tout cas, on reçoit des signaux depuis quelques années maintenant, qui peuvent-être extrapolé. Après Lil Peep qui ne cache son amour pour le genre souvent décrié, un album est apparu. C’est un album qui a soit été haté, soit ignoré. Bref, un album qui n’est pas glorifié pour sa qualité, qui semble anecdotique, mais qui est pourtant une première pierre dans le retour du pop punk sur la scène mainstream. Cet album c’est celui de 93Punx. Un groupe créé pour l’occasion par le rappeur Vic Mensa.

 

 

 

 

Alors oui, l’album ne fait pas grand bruit, mais c’est un sujet hyper intéressant. Un rappeur fait une parenthèse dans sa carrière pour faire un album de pop punk. Sur cet album, on retrouve en featuring, le groupe Good Charlotte, pontes incontestés du pop punk teinté d’emo. Là, on a une rencontre significative pour le genre ! Et on sent une volonté des deux côtés de se réunir. Good Charlotte rappelons le, aurait dû collaborer avec Lil Peep, donc on peut sentir à ce moment là quelque chose se dessiner. Sur l’album, on retrouve aussi le guitariste Tom Morello, guitariste exceptionnel, membre de Rage against the Machine, un groupe aux sonorités hybrides, entre rock, punk, rap, hardcore, qui déjà à son époque fait fi des genres et étiquettes.

 

L’identité artistique, c’est une chose que les rappeurs poussent toujours au-delà de la musique. Comme pour les samples dans leurs instrus, ils aiment aussi piquer à d’autres styles musicaux des références qui collent à leurs propos. Et on peut voir des artistes comme 24kgoldn, Iann Dior ou the Kid Laroi, identifiés comme étant rappeurs, s’approprier les codes du pop punk et du punk plus généralement. Et même s’il ne sont pas à la base de ce retour, leur contribution est évidente tant leur musique explose en mainstream.

 

 

 

Tik Tok : l’accélérateur du retour du pop punk.

 

Pour que le pop punk revienne sur le sur le devant de la scène, il lui faut un coup de pouce. Il l’obtiendra grâce à Tik Tok. Le réseau social à la base de pas mal de buzz musicaux ces derniers temps voit certains des influenceurs de grande envergure s’emparer du style. Pour ceux qui n’ont pas forcément encore mis le nez dans Tik Tok, sachez qu’un des principes du réseau est de créer des vidéos sur un fond sonore.

Ce fut le cas du Tiktoker Chase Hudson, un des plus populaires du réseau, qui cumule plus de 30 Millions d’abonnés. Il prend depuis peu le pseudonyme Lil Huddy pour se lancer dans la musique. Et si l’influenceur n’était pas forcément destiné à faire carrière dans le pop punk, c’est avec brio qu’il met en place un univers à la frontière du pop punk et de l’emo. Un univers qu’il prend le temps de développer en se rapprochant de Machine Gun Kelly qui lui fera jouer le rôle principal de son court métrage Downfall High.

 

 

 

Un autre tiktoker lui emboîte le pas, jxden, aussi connu sous le nom de Jaden Hossler cumulant près de 10 millions d’abonnés. Le jeune artiste s’affiche cheveux blond décoloré en bataille, et tatouages faussement ratés partout sur le corps, à l’occasion de la sortie de son album Tell me about tomorrow, alors qu’il vient d’apprendre que son titre Angels and Demon est disque d’or. Bref, le genre est en bonne santé.

 

Et puisque Tik Tok permet au pop punk de se refaire, il fallait bien que les acteurs principaux du game en profite. C’est le 21 Juin 2021 qu’a choisi Avril Lavigne pour se lancer sur le réseau. Réalisant un Tik Tok qui cumule aujourd’hui plus de 30 millions de vues, mettant en scène la chanteuse réalisant un lip sync sur son titre Sk8er Boy, en compagnie de Tony Hawk.

 

 

Travis Barker, le trait d’union

 

La génération actuelle découvre le pop punk via des challenge Tik Tok devenus viraux, et se met à vouloir en créer par elle-même, ok. Mais il fallait à ces musiciens un parrain, un genre de consultant technique du genre, un expert. Ils vont trouver ce qu’ils cherchent en la personne de Travis Barker.

 

L’ex batteur de Blink 182 n’a jamais vraiment cessé de faire de la musique. De l’âge d’or du pop punk à aujourd’hui, il collabore avec des groupes de rap comme les Suicide Boys, ou le DJ Steve Aoki. En 2011, un jeune rappeur fan de Blink 182 s’incruste dans les backstages d’un de leurs concerts. Ce rappeur, c’est Machine Gun Kelly.

 

S’ensuit une amitié qui dure dans le temps, et surtout des collaborations comme I Think I’m Okay et l’album Tickets to my Downfall qui posent les bases de la seconde vague du pop punk. Aujourd’hui, impossible de voir une production pop punk sans que l’ombre du rappeur ne plane au-dessus. Il a collaboré avec Lil Huddy, jxden, et même Willow, la fille de Will Smith, dont le dernier projet lately i feel EVERYTHING incarne parfaitement le nouvel élan du pop punk.

 

 

 

Aujourd’hui, la scène pop punk est sur une pente ascendante, et le batteur hyperactif semble y être pour beaucoup. La hype autour du genre amène même d’anciennes têtes d’affiche à refaire surface, c’est le cas notamment d’Avril Lavigne, qui signe un duo avec Willow. Ainsi que Mod Sun, un artiste qu’on aperçoit lui aussi dans le giron de Machine Gun Kelly puisqu’il produit le court métrage rattaché à l’album Tickets to my downfall.

 

Le genre refait surface, et tout semble lié, ou tout du moins les artistes qui contribuent à son second avènement. Alors est-ce que la sauce va vraiment prendre, ou tout va retomber comme un soufflé ? Venez en débattre avec nous sur notre insta !