Industrie musicale

Comment financer son projet musical ?

On ne vous apprend rien : pour qu’un projet musical aboutisse, il faut de l’argent. Mais comment et où trouver cet argent ? On vous a posé la question sur Twitter et Insta, et la grande majorité d’entre-vous parle d’apports personnels, générés par des petits jobs. C’est évidemment la solution la plus simple. Pourtant il existe d’autres moyens de faire avancer son projet artistique, et c’est ce qu’on tente d’explorer dans cet article.

Les sources de financement sont nombreuses. Il y a les subventions de l’État, les aides, mais aussi les possibilités d’accompagnement des SMAC et salles de concert. On va parler de campagne de financement participatif aussi, car cette opération présente des avantages insoupçonnés. Enfin on parlera d’un nouveau moyen de monétiser sa musique, les NFTs.

 

La campagne de financement participatif

Le crowdfunding (hyper galère à dire, on vous l’accorde) est une super solution pour se financer un projet artistique. On sait que beaucoup ne le sentent pas car, vous avez l’impression de demander de l’argent à des proches, mais en fait non ! Ça ressemble plus à un système de prévente, puisque vous donner des contreparties.

Une campagne de financement participatif est aussi un événement qui peut servir d’argument de communication. Quand vous montez votre stratégie de communication, la difficulté c’est souvent de trouver des sujets de conversation engageant avec votre public. La campagne de financement participatif en est un.

Comme la campagne dure dans le temps (la durée idéale pour une campagne de ce type, c’est un mois. Ça laisse le temps aux gens de participer, sans pour autant qu’ils aient le temps de vous oublier), vous allez avoir plein de moments différents, des temps forts, qui vont vous permettre de générer des conversations autour de votre projet. Profitez-en pour vous dévoiler. C’est le moment de faire entrer votre public dans les coulisses de votre processus créatif. Vous verrez ça va créer de l’affect, c’est exactement ce dont vous avez besoin pour développer votre fan base.

Vous l’aurez compris, ce qu’on cherche à mettre en avant ici, c’est que les campagnes de financement participatif ont de multiples avantages, et pas forcément financiers. Elles vont permettre de créer de l’engagement autour de votre projet. Quand vous sortirez le projet financé par vos fans, ils seront par la force des choses très investis puisqu’ils ont été impliqués dans l’élaboration de ce dernier.

Côté technique, on demande souvent quelle plateforme choisir. Y’a pas mal de comparatif à retrouver en ligne, comme celui-ci, généré par Hello Asso. Après c’est à vous de vos faire une idée du truc. Par exemple, Kiss Kiss Bank Bank et Ulule sont les 2 seuls à avoir une sélection à l’entrée. Généralement, ces plateformes proposent des rendez-vous avec les équipes, vous aiguillant au mieux sur la stratégie à adopter. Après vous pouvez aussi faire appel à des coachs indépendants, c’est un coût en plus mais ça permet d’atteindre les objectifs fixés sans faire (trop) de concession.

Dernière chose, la Sacem a un partenariat avec Kiss Kiss Bank Bank, et finance régulièrement des projets artistiques. La structure possède même un profil sur lequel on peut retrouver tous les projets qu’elle a financé via la plateforme de financement participatif. Et ce n’est pas la seule, puisque nous aussi on a un partenariat avec la plateforme : on soutien des projets qui nous branchent, donc si vous faites une campagne, envoyez nous votre lien en DM sur Insta !

 

Les aides de l’Etat, et les subventions

C’est vrai, les subventions c’est une jungle. Le problème c’est que souvent, on lâche l’affaire avant d’avoir trouvé l’aide à laquelle on est éligible. On vous entend d’ici “oui mais ils font exprès de rendre ça compliqué pour qu’on n’ait rien”. Franchement on ne le saura jamais. Ce qu’on sait, ce qu’il en existe pas mal et que c’est vraiment dommage de ne pas se pencher sur le sujet.

 

  1. 1. L’aide à l’autoproduction de la SACEM

Vous êtes inscrit à la Sacem ? Et bien vous avez tout à fait le droit de candidater à cette aide de 4 500€. Pour ça il faut :

– Se connecter à son espace adhérent.
– Remplir le formulaire adéquat
– Joindre sa bio, une copie de l’autorisation de reproduction œuvre par œuvre (OPO) sur laquelle vous devez faire figurer la mention “reproduction autorisée”.
– Les textes traduits en français si vous chantez en anglais
– Le visuel de l’album
– Envoyer par voie postale, le CD de l’enregistrement en recommandé avec accusé de réception

Ça fait un peu de paperasse, mais vous n’aurez pas d’aide sans avoir une pile de papier à remplir, vous vous en doutez. Attention à bien faire vos papiers si vous vous lancez là-dedans, car seulement 70 projets obtiennent l’aide chaque année, donc mettez toutes les chances de votre côté.

 

  1. 2. La bourse aux auteurs et compositeurs du CNM

Le CNM, centre national de la musique, met en place cette bourse pour soutenir la création. Il faut postuler via leur site internet. Pour être éligible, il existe deux critères :

– Vous devez être résident fiscal en France (désolé les potos francophones de l’étranger)
– Les revenus que vous touchez grâce aux droits d’auteur doivent être supérieur à 51% de la totalité de vos revenus.

Et en contrepartie, vous avez 18 mois pour fournir au CNM une œuvre que vous aurez composée dans le cadre de l’aide perçue.

Les accompagnements artistiques des SMAC

C’est un coup de pouce qui n’est pas financier, mais artistique. En tant qu’artiste en développement, vous avez besoin de ressources pour avancer, et ces ressources peuvent être d’ordre financier mais pas que. Les salles de concerts labellisées SMAC sont des salles subventionnées par le gouvernement, ayant pour mission de favoriser le maillage artistique local.

Généralement, ces salles mettent en place des dispositifs d’accompagnement qui peuvent couvrir plusieurs volets : la technique, pour vous assister dans la création de votre fiche tech. L’aspect scénique aussi avec la mise à disposition de la salle pour des répétitions, le tout chapeauté par l’équipe de direction artistique. Vous pourrez aussi disposer d’une aide sur la promotion de votre musique, votre communication.

Bref, vous l’aurez compris, les SMAC peuvent intervenir à plusieurs niveaux. En revanche, il faut savoir que chaque SMAC fonctionne de manière différente, et que vous n’aurez peut-être pas les mêmes dispositifs partout. Ce qu’il faut faire, c’est vous renseigner pour trouver la SMAC la plus proche de chez vous, et les modalités à remplir pour obtenir un accompagnement.

Pour les parisiens, pensez à regarder ce que fait le Réseau MAP, réseau des musiques actuelles à Paris. Vous pourrez par exemple remporter un accompagnement d’un an via leur projet Give Me Five, ou encore apprendre à structurer votre projet et optimiser votre communication lors des Journées de l’Innovation, de la Répétition, de l’Accompagnement, de la Formation et de l’Environnement (JIRAFE).

 

 

Les NFTs, une nouvelle source de revenus ?

On ne va pas revenir en détail sur le fonctionnement des NFTs, mais pour la faire courte, c’est un certificat attestant de l’unicité d’un fichier numérique. Ça permet de donner une valeur à un fichier mp3 par exemple, qui n’en n’avait pas auparavant, puisque duplicable à souhait.

Le NFTs fait pas mal de bruit dans le monde de l’art en ce moment car il offre une nouvelle manière de générer des revenus. Il se base sur la spéculation. Pour imager le propos, prenez une œuvre d’art unique : sa valeur tend à s’étoffer avec le temps, en parallèle de l’augmentation de la notoriété de l’artiste.

Le fonctionnement correspond bien à votre statut d’artiste en développement. Si vous proposez votre musique à la vente en NFTs, sur une plateforme comme Bolero Music par exemple, les collectionneurs pourraient être intéressés de parier sur votre évolution, en investissant maintenant dans votre musique, pour espérer faire un bénéfice plus tard. À court terme vous pouvez obtenir un financement au moment de la vente, mais aussi une commission à chaque fois que le NFT de votre musique est revendu.

À l’heure où les revenus générés par le streaming ne suffisent plus, le NFTs pourrait bien être l’avenir de la musique.

 

On a listé dans cet article pas mal de méthodes pour trouver des financements, mais il en existe encore plein d’autres. Si vous avez une méthode infaillible dont on n’a pas parlé, venez nous check sur insta, on partagera votre réponse à tous !