Industrie musicale

Comment réussir sa collaboration chanteur – producteur ?

En tant que chanteur, collaborer avec un nouveau producteur peut être intimidant. Ce guide vous permettra d’éviter les problèmes et déceptions, et d’être prêt pour le prochain enregistrement !

 

D’abord il faut être clair sur ce qu’on attend

Il faut s’assurer que son partenaire sait ce que vous attendez de la collaboration. Vous pouvez par exemple envoyer des enregistrements personnels ou morceaux pour servir de référence. Il faut aussi prévenir à l’avance si vous avez besoin d’équipement spécifique. Enfin faites un guide de ce que vous souhaitez accomplir lors de la session et validez-le ensemble. Et si vous payez pour la prestation, bien sûr accordez-vous sur un prix à l’avance.

En ce qui concerne l’enregistrement, le temps passé en studio est précieux, on vous conseille d’être productif jusqu’au dernier moment. Par exemple, imprimez vos paroles au cas où votre téléphone n’aie plus de batterie. N’hésitez pas à apporter les musiques dont vous avez besoin pour la collab même si vous les avez déjà envoyées auparavant. On n’est jamais trop prudent ! Et surtout entrainez-vous à l’avance pour le jour J et reposez votre voix avant la session.

 

Apprenez-en sur votre partenaire

Si vous collaborez avec quelqu’un dont vous ne connaissez pas vraiment la musique, renseignez-vous pour connaitre son style. C’est toujours mieux d’avoir écouté son travail à l’avance que de se rendre compte sur le tas que vous n’avez rien en commun. Bon on se doute que vous aurez sélectionné cet artiste pour une raison mais autant en savoir un maximum sur leur travail pour éviter les déceptions.

Si leur musique n’est pas disponible sur internet, vous pouvez leur demander de vous envoyer leurs précédentes collaborations. Ça peut vous donner des idées pour votre projet !

 

Mettez-vous d’accord sur les crédits d’auteurs

Le producteur doit savoir exactement ce qui est prévu concernant l’arrangement musical.

Si vous voulez seulement un enregistrement et un mix de votre performance, vous payerez certainement des frais. Après, si leur implication est plus forte et que l’artiste joue d’un instrument, produit des mélodies/fonds pour accompagner votre voix, il serait plus approprié d’inclure un crédit d’auteur.

La nature de la collab va certainement évoluer au cours des sessions de répétition mais il faut toujours en parler à l’avance. C’est possible de renégocier les termes une fois le projet terminé pour que tout le monde soit satisfait.

 

Prenez votre temps

Ok certains sont plus créatifs sous la pression mais honnêtement, réservez-vous une plage horaire assez grande pour pouvoir travailler sans bâcler. Se presser et raccourcir le temps de travail et limiter les prises ne donnera pas les meilleurs résultats…

Il faut aussi s’assurer que vous êtes au point avec les équipements que vous allez utiliser, en particulier le micro et le casque audio. Dans le cas contraire, vous pourriez être déstabilisé. Pour cela, demandez au producteur avec quelle marque/matériel il travaille pour vous familiariser avec à l’avance.

Il est fondamental que vos cordes vocales soient bien échauffées avant de commencer. Si vous avez un petit rituel citron chaud avec du miel vous pouvez aussi en boire avant de commencer la session. Bref, faites ce dont vous avez besoin pour chanter du mieux possible.

Ça paraît évident mais… arrivez à l’heure. Soyez le plus professionnel possible pour que tout se passe bien et ne pas laisser une mauvaise impression.

 

distribution digitale

 

Soyez inspirés

Vous pouvez écouter de la musique pour débuter la session, en plus de vous inspirer, ça peut vous servir à discuter sur ce que vous souhaitez accomplir avec cette collaboration.

Beaucoup de collabs débutent souvent comme ça… quoi de mieux pour deux artistes d’écouter de la musique qu’ils aiment pour être sur la même longueur d’onde et faire un travail en harmonie.

 

Soyez honnête

Les collabs peuvent apporter pas mal de confusion, de moments gênants si vous n’avez jamais travaillé avec cette personne auparavant. Mais le plus important est de dire ce que vous pensez à votre partenaire.

La communication entre votre partenaire et vous doit être transparente et claire.

Si vous pensez qu’il y a quelque chose qui cloche, si vous trouvez que la qualité n’est pas bonne ou si on dirige votre morceau dans une direction qui ne vous plait pas dites-le.

 

Et réceptif

C’est bien d’avoir confiance en ce que vous faites, mais c’est une qualité d’être ouvert aux suggestions. Ne soyez pas fermé, vous pouvez toujours reprendre votre idée de base si vous êtes partis sur quelque chose qui ne vous convainc pas. En testant, vous saurez si ça fonctionne ou pas. On ne se rend pas toujours compte de ce que ça donne avant de l’entendre.

En pratique, il est important que vous soyez à l’aise dans toutes les collab que vous faites. S’il n’y a pas de connexion avec le producteur avec lequel vous collaborez, trouvez-en un autre. Autant pas risquer de limiter la créativité en forçant un mauvais duo. Entourez-vous de personnes qui feront tout pour que la collab soit un succès !