Promotion

Comment promouvoir sa musique auprès des influenceurs & médias ?

Dans toute bonne stratégie de communication qui se respecte, vous allez devoir passer par la case relation presse et/ou influence. C’est un point crucial de votre stratégie, on appelle ça les relais d’information. Vous avez un message – une sortie d’album par exemple – à faire passer. Ce message, vous pouvez le diffuser vous-même, mais quand d’autres le diffusent, c’est encore mieux.

Lorsque vous diffusez le message vous-même, seules les personnes qui vous connaissent déjà le reçoivent (sauf si vous vous chauffez à faire de la sponsorisation sur les réseaux). Mais l’objectif, c’est aussi d’atteindre de nouvelles personnes. Pour ça, rien de mieux qu’un relai de votre message, par un autre interlocuteur. Dans notre cas, l’interlocuteur tiers peut être un média ou un influenceur.

1 – Identifier les bons relais

Démarcher des relais peut être très chronophage, et si c’est fait sans se poser les bonnes questions au préalable, vous n’aurez que très peu de retours sur le temps que vous avez investi. Donc posez-vous, et analysez la situation. Pour que votre message atteigne sa cible, il faut qu’il s’adresse aux bonnes personnes. Qui va s’intéresser à votre musique ? Par exemple, imaginons que vous faites du rap, ce sont les fans de rap que vous visez. Maintenant, demandez-vous quel genre de contenus consomment les fans de rap ? Les articles de Booska P, les tweets de Raplume, les vidéos de Chris d’Hyconiq… etc. Alors c’est à eux qu’il faudra envoyer vos informations.

Bon là, on grossit le trait pour que vous compreniez le principe. Maintenant que c’est ok, sachez qu’il y a une autre composante à prendre en compte, c’est celle de la faisabilité. Forcément, un média comme Booska P reçoit un milliard de demandes comme la vôtre, et puis généralement, ils parlent d’artistes déjà en place et non d’artistes émergents. Donc il faut que vous cherchiez les médias, les personnes qui ont pour spécialité la diffusion de news sur les artistes émergents. En gros, vous faites partie d’une niche, il faut que vous trouviez les relais qui parlent de votre niche.

De plus, ne vous trompez pas sur un point : ce n’est pas parce que le relais que vous allez identifier dispose d’une grande communauté sur les réseaux, ou d’une grande base de lecteurs, que ça va forcément vous être bénéfique. Il vaut mieux un média spécialisé ou ce qu’on appelle un micro influenceur, qui aura une plus petite audience. Pourquoi ? Car cette audience sera très certainement plus engagée envers les contenus des relais en question, et plus intéressée. Pour illustrer cette affirmation, dites vous qu’un lecteur de Booska P a peut-être suivi le média car il a kiffé un contenu sur un artiste majeur de la scène rap actuelle. Mais voir l’actu d’un artiste émergent ne va pas forcément l’intéresser. Alors que si votre message est vu sur un blog spécialisé dans l’émergence, le lecteur de ce dernier est un lecteur qui va aimer la découverte, et donc a plus de chance de cliquer et de lire ce qui se dit sur vous. Retenez qu’une audience qualitative est souvent (toujours) plus intéressante qu’une audience quantitative.

2 – Contacter les influenceurs et les médias

Bon maintenant que vous avez identifié les bonnes personnes, il va falloir trouver les bons mots pour convaincre les influenceurs et les médias de parler de vous. Si on continue sur le même exemple, que vous avez une sortie d’album en prévision, c’est une information intéressante pour la personne ou l’entité qui va vous relayer. Dites-vous que l’objectif d’un média ou d’un influenceur, c’est de générer du trafic sur ses contenus. Donc plus l’information que vous allez lui donner est croustillante, plus ça va l’intéresser.

Au-delà de l’information, c’est la manière dont vous allez contacter vos potentiels relais qui est importante. Préparez un message très concis, répondant à un principe simple qu’on appelle les 5W : Who (qui) – What (quoi) – When (quand) – Where (où) – Why (pourquoi) How (comment). Bon ok y a un “H” dans les 5W mais c’est moins stylé à retenir 5W et 1H que juste 5W. En tout cas, vous comprenez l’idée ! Sachez que c’est la base de la base pour écrire un article quand on est un média. Vous donnez ces informations, le journaliste aura déjà toutes les cartes en main pour écrire un article.

Préparez aussi un lien wetransfer ou fromsmash au choix, avec du contenu à télécharger. Il faut des visuels de bonne qualité, car si ça doit être utilisé par un blog par exemple, il y a parfois des compressions de qualité de l’image. En format portrait, les photos doivent faire 780 x 1000 px et en format paysage : 960 x 640 px, c’est le minimum. A ce lien téléchargeable, ajoutez aussi un pdf décrivant votre biographie, pas trop longues, quelques lignes, mais assez pour donner des choses à raconter à la personne qui va vous relayer.

Bien sûr, il faut ajouter un lien vers votre musique, que ça soit dans le corps du message que vous envoyez, que dans le lien téléchargeable, et même en lien dans le PDF que vous ajoutez au lien téléchargeable. C’est important que votre musique ne soit pas difficile à trouver, car il est fort probable que le destinataire du message écoute votre dernier titre en lisant les infos que vous lui envoyez.

Sachez qu’il y a tout un tas de choses à bien faire pour que votre message soit pris en compte, et si vous voulez en savoir plus sur la façon dont il faut contacter les pros, on en a fait un article à lire ici.

Tout ça vous paraît bien complexe, chronophage, coûteux ? Spinnup est partenaire d’une super plateforme qui a bien compris ces problématiques : Groover. La recette est simple, Groover se donne comme objectif de réunir les artistes et les influenceurs/médias. En gros, pour 2€, vous pouvez soumettre à l’écoute un de vos titres (et y ajouter du texte explicatif). L’influenceur que vous aurez sélectionné aura 7 jours pour vous faire un retour, s’il le fait il recevra une contrepartie d’1€. S’il ne le fait pas, vous récupérez votre mise et pouvez contacter d’autres influenceurs.

3 – Passer par un.e chargé.e de relation presse

Faire tout ce qui est décrit précédemment vous semble trop fastidieux ? Vous pouvez faire appel à quelqu’un qui s’en occupera pour vous. Les chargés de relations presse, plus communément appelés RPs, on fait de ce processus leur métier. On note au moins 2 avantages non négligeables à faire appel à un.e RP.

Le premier, c’est que si vous avez ça en moins à faire, ça vous laissera plus de temps pour vous concentrer sur ce que vous savez faire de mieux : la musique. Le second, comme on l’a dit plus haut, les RPs sont des professionnels donc iels sauront organiser au mieux vos informations pour qu’elles obtiennent plus facilement des relais, surtout que les RPs ont forcément développés des carnets d’adresse conséquents qui vous permettront d’obtenir des relais que vous n’auriez probablement pas eu en temps normal.

4 – Les relations presse et influence, combien ça coûte ?

La question brûlante des coûts ! La réponse est hyper simple : ça dépend. Je sais, c’est pas ce que vous cherchez comme réponse, on va essayer de développer un peu.

Ça peut être 100% gratuit si vous faites tout vous-même et que vous ne faites pas appel à des influenceurs disposant de grandes communautés. Alors il va falloir être consciencieux dans vos démarches, et surtout patient. Il va falloir envoyer des mails et autres DMs à tour de bras, parfois sans jamais recevoir de réponse. Mais en soit : la création d’un EPK (Electronic Press Kit), et son envoi en masse, peut ne rien coûter, à part du temps.

Vous pouvez décider de payer des blogs et influenceurs pour vous faciliter la tâche. Dans ce cas, les coûts sont assez variables. Pour un article de blog, on appel ça du publi-rédactionnel. Comptez de 80€ à 300€ et plus selon l’importance de la communauté du blog. Pour les influenceurs, méfiance ! Il n’existe pas vraiment de chiffre de référence, et surtout, un compte réunissant une grande communauté ne veut pas forcément dire un compte qui obtient beaucoup d’engagement. Si vous optez pour cette option, vous êtes en droit de demander des screen des statistiques de l’influenceur, et ça sera à vous de juger si le jeu en vaut la chandelle, mais en général, on vous demandera 50€ pour une story avec identification avec lien vers votre contenu, vue par entre 10 et 20k personnes.

Enfin, vous pouvez choisir de prendre un.e RP il faudra donc le ou la payer. Pour ça aussi les prix varient selon l’expérience de la personne. La norme dans le milieu est de facturer à la journée. Si vous ne connaissez personne qui peut vous aiguiller vers un RP, faites un tour sur Malt, la plateforme des travailleurs freelance. Vous y verrez des prix à partir de 120€ / jour jusqu’à plus de 1000€ la journée.

Maintenant, vous savez comment gérer vos relations presse et influence, et combien ça coûte, intégrer ça à votre stratégie de communication, aux côtés d’autres actions de communication comme la promotion sur Spotify, une campagne de paid social media, ou encore une campagne de promo sur Youtube.