Artistes

Ce qu’il ne fallait pas rater au MaMA 2021

Après une édition annulée l’année dernière pour cause de Covid, le MaMA est de retour. Et quel plaisir ! La team Spinnup ne pouvait pas louper ce rendez-vous incontournable du music business.

On s’est donné rendez-vous à Pigalle, du 13 au 15 octobre, une tonne de flyers et de tote bags sous le bras, nos guides imprimés en guise d’appâts sur notre stand. Du mercredi matin 10h, jusqu’à tard dans la nuit de vendredi à samedi, on a parlé avec vous encore et encore, du projet et des missions que s’est donné Spinnup. Il faut le dire ça nous a tous fait du bien d’enfin vous (re)voir en vrai.

Alors comme on a kiffé ce moment, on s’est dit qu’il fallait le partager avec vous. Ce qu’il ne fallait surtout pas rater au MaMA Festival & Convention 2021, c’est maintenant :

 

La conférence Tik Tok, l’apéro pro et des concerts

Premier constat : il faut faire des choix au MaMA. T’es chaud pour assister à l’entretien de Ben Barbaud, cofondateur du Hell Fest ? Tu vas louper la conférence sur la frénésie des NFTs. Un sentiment pas agréable, mais l’équipe du festival a pensé à tout : tu peux réécouter toutes les conférences en podcast. Ouf, te voilà sauvé.

De bon matin, on missionne notre artiste Spinnup infiltré au MaMA, Naeko, pour qu’il se rende à la conférence sur les clés du succès de Tik Tok. Parmi les intervenants, il retrouve la chanteuse Bianca Costa, Thomas Cerha qui bosse chez Tik Tok au pôle Relation Artistes, ainsi que le musicien Kid Francescoli, qui a vu un de ses sons exploser sur le réseau.

Ce qu’on retient ? C’est que le fonctionnement du fameux algorithme est encore bien secret. Thomas Cerha a notamment expliqué ne pas pouvoir expliquer d’où est parti le buzz, ni pourquoi. La seule explication c’est que l’extrait audio est court et dispose d’un concept fort : “And it went like…”. Les gens se le sont approprié.

Après une journée à faire le pied de grue à notre stand, un déjeuner copieux au bouillon Pigalle, et une conférence passionnante, on note qu’aux alentours de 17h, l’affluence au Trianon augmente drastiquement. Mais qu’est-ce qu’il se passe ?

Une horde de pros et d’artistes débarquent en masse : c’est l’heure de l’apéro pro, forcément. On termine joyeusement la journée autour d’un verre, avant de nous rendre plus motivés que jamais vers le concert de Moji x Sboy. Et pour vous le résumer en deux mots : “gros bordel”. On ajouterait bien “gros kiff”, mais ça fait quatre mots là ho.

Speedmeeting Spinnup et Roselyne Bachelot

Jour 2. Est-ce qu’on est déjà cramé ? Totalement. Hier c’était plus de 12h sur le terrain à voguer dans le festival.

Mais il nous reste de l’énergie, rassurez-vous. Surtout qu’aujourd’hui, on démarre dans les starting blocks avec un speedmeeting de feu. Le concept ? Faire se rencontrer des groupes de 4/5 artistes avec des experts dans leur domaine, le temps d’entrevues très courte de 10 minutes. Et dans la même pièce, on a 6 intervenants.

Pour chacune intervention, on a retenu un conseil. 3,2,1 c’est parti :

1 : le conseil de Baptiste Roux, Marketing Manager chez Spinnup France

« Pour distribuer votre musique pensez à l’uploader au moins 3 semaines à l’avance. Ça vous permettra de construire votre stratégie de communication, et de pitcher votre musique aux plateformes de streaming »

2 : le conseil de Paul Lebrun, attaché de relation presse indépendant

« Quand vous faites appel à un RP, faites le en fonction de votre style et genre musical. On a tous nos spécialités ! »

3 : le conseil d’Antoinette Boucomont, curatrice playlist chez Universal

« Spotify est la seule plateforme qui permet de pitcher soi-même sa musique, profitez-en ! »

4 : le conseil de Loïc Fouquet, avocat spécialisé en propriété intellectuelle 

« Faire appel à un avocat, c’est pas dans les mœurs en France, mais ça peut pourtant vous éviter des pertes de plusieurs milliers d’euros »

5 : Salomé David, coordinatrice artistique chez Universal Music Publishing

« Pour proposer un projet : le mieux c’est un contact humain. Trouvez les éditeurs dans le répertoire Sacem public. »

6 : Maxime Deshayes, webmarketing & strategie digitale de contenu musical chez Retropicalls

« Rendez-vous service, sponsorisez votre clip sur Google Ads en bossant bien la définition des audiences. Des vues sur votre clip ça fait du bien à l’ego, des vues qualifiées ça fait du bien à sa carrière ! »

 

Le speedmeeting est terminé, on retourne au Trianon. La journée passée sur le corner se passe bien. Petite réclamation cependant : notre chère ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, est passé dans notre hall, mais n’est pas venue à notre stand 😭. Alors si jamais quelqu’un a un plan pour nous mettre en contact, nous aussi on veut notre selfie. Mais on se consolera avec un concert de Bianca Costa à La Cigale, suivi de la Grecque Marina Satti et Crystal Murray. Une soirée franchement top, qu’on a préféré quitter pas trop tard quand même, histoire de garder un peu d’énergie pour le lendemain.

© MaMA Festival

De la publicité sponsorisée et une soirée Spinnup Lab

Qui dit dernier jour de festival, dit aussi… équipe à bout de souffle. Et pourtant, on s’apprête à rentrer dans notre journée la plus longue. Il est 10h, le Trianon ouvre ses portes. On se boit un petit café bien mérité avant de commencer notre permanence sur le stand Spinnup. Les heures passent, on s’éclipse à midi pour manger dans le quartier, avant d’aller voir nos artistes Spinnup Lab Mimaa & Ojos faire leurs balances au Backstage By The Mill.

La journée est presque terminée, mais on file quand même voir une conférence sur la promotion payante. C’est l’équipe de Base for Music qui s’en charge, et on en retient entre autres choses, que non, payer pour rendre visible sa musique, ne va pas dérégler votre reach pour autant. Il suffit de le faire de manière intelligente et réfléchie.

Avec nos partenaires Groover, on prend possession de la salle de concert le Backstage By The Mill le temps d’une soirée, pour présenter nos collègues, nos familles et aux pros de l’industrie les artistes sur lesquels on mise à l’avenir. Une fin en apothéose, avec Mimaa, Ojos, Yalla Queen et Alvin Chris. Un moment de partage incroyable, qu’on voudrait vivre plus souvent.

Bref, le MaMA c’était fou. À l’année prochaine !